Flaviyake – Singles/ Celestial Cutie EP (2014, auto-production/ self-produced)

Flaviyake – Singles/ Celestial Cutie EP (2013-2014, auto-production/ self-produced)

artworks-000056761694-52x5lz-t500x500

L’art revêt parfois des atours plus qu’originaux afin de démontrer non seulement de l’intérêt de ses créateurs, mais également de ses préoccupations et désirs. Messages pour certains, aveux pour d’autres, ces délivrances par l’image ou le son prennent tout leur sens dès que l’on accepte une adhésion active à ce qui est proposé. Car derrière chaque langage, en apparence facile d’accès, se cache un individu avec son quotidien, ses passions, ses envies mais également ses questions. Le reflet de tant d’interrogations renforce le plaisir d’explorer les univers des créateurs, comme c’est le cas ici avec l’artiste Flaviyake. Car au-delà de sa musique electro et pop rafraîchissante et motivant les neurones, elle implique un discours incroyablement pertinent sur le monde dans lequel elle évolue. Ses chansons deviennent alors, séparement et dans un ensemble concret, de véritables histoires personnelles et autobiographiques, mais aussi des confessions sur ses amours autant que sur ses inquiétudes.

Et force est de constater que l’electro de l’artiste est tout sauf facile. Fouillant les harmonies et les diversifiant au fil des titres, si bien que l’on n’a jamais cette impression d’habitude pénible d’entendre toujours la même chose (ce qui arrive assez souvent dans ce style), Flaviyake cherche l’inspiration aussi bien dans des élans jungle et éthérés (Celestial Cutie, Because I’m A Doll) que dans les boucles entêtantes et dansantes (Electronic Boy, Street Of Roses (Street Of Weed)). Malmenant synthétiseurs et sons afin de leur donner un aspect palpable, tangible et collant à la peau, la musicienne explore toutes les pistes et recherche la complexité dans la simplicité, afin d’offrir des chansons en mouvement, intelligentes et moins innocentes qu’elles n’y paraissent. Elle alterne alors ambiance club (Musical Vibes), pop dense et admirablement bien arrangée (Angelic Song) et mouvements trip-hop (Londonight, Moonlight), s’imprégnant et pensant chaque atmosphère afin d’en extraire les idées les plus à même de valoriser une voix elle aussi en mutation régulière et infinie. Les mélodies sont poussées dans leurs retranchements les plus secrets et délicieux, valorisées par des effets discrets et tout en douceur. Si, après ces chansons remarquables de complexité harmonique et de puissance évocatrice, l’auditeur sent le doute planer, il convient d’écouter d’urgence les trois titres acoustiques du EP Celestial Cutie, dans lequel la créatrice réinvente ses compositions au piano et avec sa seule voix. Sublime.

Mais la forme la plus captivante de l’oeuvre déjà importante de Flaviyake apparaît dans sa conception de l’art global et de son sens en tant qu’interprète, avec tout ce que cela implique. Au-delà du visuel et de son apparence physique déjà révélatrice d’un hommage évident aux modes populaires actuelles, elle se sert des moyens de communication mis à sa disposition pour, grâce à son timbre admirable de capacités et de profondeur, évoquer des sujets importants et lui tenant à coeur. Ainsi, elle transmet ses impressions aussi bien sur la culture des jeux vidéos que sur celle des mangas (pour le côté geek), ou sur l’écologie et l’étouffement d’une jeunesse mondiale qui ne demande qu’à pouvoir s’exprimer sans frontière. Et pour cela, elle se sert d’elle-même, se mettant en scène et offrant ce qu’elle est pour devenir une icône qui ne peut qu’être suivie; se regardant comme une femme-enfant au travers de la vision que les autres ont d’elle, elle use de ces apparats pour apporter l’innocence propice à l’éveil des consciences, affirmant ainsi sa conception d’une société qui peut efficacement lutter contre son déclin en regagnant ces sentiments perdus sans aucune raison valable. Elle est un travail d’orfèvre intégrant chaque source créatrice et expressive. Elle invente comme elle respire, chante comme elle vit, et donne aussi bien un spectacle de son habileté fructueuse qu’une réflexion moderne et savante sur le monde d’aujourd’hui sans être pour autant une militante acharnée. Non, avec elle, le plaisir devient l’origine du bouleversement, et elle parvient à ses fins à merveille, suscitant immédiatement respect et admiration.

Il faut impérativement découvrir Flaviyake; et la suivre, tant son travail est impressionnant de maîtrise et subtilité. Un phénomène trop rare pour ne pas lui accorder l’importance qu’elle mérite amplement.

Raphaël DUPREZ

https://soundcloud.com/flaviyake

https://www.youtube.com/user/flaviyake

https://www.facebook.com/Flaviyake

 

Sometimes art is desperately in need of originality to prove that, first, its creators have a constant interest in giving their own opinion about life and, also, what their preoccupations and desires truly are. It is a message for some of us and a confession for others, but it is always a deliverance made possible by the true, intense wish to give value to images and sounds, as long as people agree and focus on the subjects they are introduced to. Because, as for every language, it first seems easy to understand; but it would be too restrictive to make no subject of the artists themselves, the ones who are the basis of the work, their daily lives, their passions, their inspirations and questions. Art is a reflection of questions that invoke the pleasure to explore multiple universes given, as for Flaviyake. Because, more than only performing refreshing electro and pop tunes and exciting one’s brains, she talks to us and exposes an impressive and incredibly relevant speech about the world she lives in. Her songs thus are, separately and concretely, personal and autobiographical stories, but also confessions about her passions and worries.

Thus, one has to admit that the artist’s electro tunes are quite complex. Digging into harmony and constantly changing them track by track, so that one never feels like listening to the same song again and again, Flaviyake finds inspiration in jungle, ethereal tones (Celestial Cutie, Because I’m A Doll) or heady and rhythmical moments (Electronic Boy, Street Of Roses (Street Of Weed)). Using keyboards and sounds to give them almost palpable textures, she explores every essence and perfectly aims to discover multiplicity in simplicity, in order to offer us regularly moving, clever and not-so-innocent songs. She goes from clubbing (Musical Vibes) to a dense and well-arranged pop mood (Angelic Song) or trip-hop (Londonight, Moonlight), getting filled by each ambience and thoughtful of all the ideas that are valuing her mutating and impressive vocals. Music is taken to its most secret and delicious intensity while being performed with discrete and soft effects. And, if anyone thinks her music could stand for a few more emotions and impressions, one has to listen to the three acoustic tracks contained on Celestial Cutie EP, where this fabulous creator reinvents her art only with a small piano and her remarkable sense of singing.

But the most captivating part of Flaviyake’s important work can be found in her own concept of global art and its meaning for the performer she is, with all that it tends to. Above the visual part of her physical shape, which is an obvious tribute to nowadays pop culture, she uses all possible means of communication to talk about all the serious subjects that she endlessly thinks of and feels about, thanks to her admirable, impressive and deep vocal timbre. She then exposes her thoughts on the videogame industry and its consequences for mankind, japanime and geeks, ecology and the way the worldwide youth has been given no power to express itself while it is in need to do so. And her courage grows into herself and the incredible gift of her own image, staging her shape to become a perfect, actual icon; as people stare at her as if she was a woman-child, she uses this vision to bring innocence to right in front of our eyes, in order to awake us and make us be aware of the world we live in, showing her vision of a society ready to fight for its rights by regaining its long lost ideas of a better place to evolve. Meticulously, she understands every opportunity to create and tell us about everything that surrounds and suffocates us. She acts and sings as if her life depends on it; she introduces us to her intimate show where sketches of her wanderings, abilities and modern, intelligent points of view are an infinite amount of subjects to help us find ourselves and breathe again despite the stormy days we all daily go through. Thanks to her, pleasure is the origin of changes, which she smartly offers us and, through her concept, makes us feel respect and admiration for her incredible efforts.

One immediatly has to go for Flaviyake; and, of course, one has to follow her, whatever she does in the future. Her entire work is admirable and subtle, which is a pretty impressive phenomenon, and an experience to enjoy before giving her back what she really deserves.

Raphaël DUPREZ

https://soundcloud.com/flaviyake

https://www.youtube.com/user/flaviyake

https://www.facebook.com/Flaviyake

Publicités

2 réflexions sur “Flaviyake – Singles/ Celestial Cutie EP (2014, auto-production/ self-produced)

    • Tout le plaisir est pour moi! Flavia est vraiment très douée et aussi une artiste passionnée par tout ce qu’elle s’applique à faire. Un vrai plaisir d’écrire sur ses chansons et de les découvrir.

      Bises!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s