Héllena – Singles (2012-2013)

Héllena – Singles (2012-2013)

20140225-001341-536277

Auprès des fans de musique indépendante ou auto-produite, le R’n’B a très mauvaise réputation. Et pour cause: tout ce qui en est connu correspond à ce que l’on nous donne en pâture à la radio ou à la télévision, ces artistes plus intéressés par des morceaux rapides et sans âme, à l’image des vidéos qui les accompagnent. Ce qui est dommage: en effet, comment ne pas, par exemple, rester en admiration devant des disques de la valeur de Tasty de Kelis, ou encore des productions des Neptunes au début des années 2000? Chanteuse d’origine grecque venue tenter sa chance à Londres, Héllena tient à illustrer ce qui peut être considéré comme une science de la mélodie populaire mise au service de l’émotion. Et ses titres en sont un reflet réellement intéressant.

L’enjeu est à la hauteur du résultat recherché: comment intéresser l’auditeur exigeant au travers d’un style en apparence pourtant simpliste? La musicienne a choisi de mêler plusieurs genres à ses compositions afin d’y parvenir. Fondant ses chansons sur des rythmiques brutes et sèches, elle s’accorde alors un plaisir entier à mélanger les sons. Guitare et cordes viennent ainsi envelopper, sur Listen, des chants gospel nous rappelant le fabuleux Cry Me A River de Justin Timberlake avant de laisser la place au rap de Stereo Mike, venu en support de l’artiste. Entrant de plain pied dans des tonalités plus smooth-jazz avec Don’t Change, le sort de l’efficacité sonore repose sur des harmonies vocales intenses et savamment dosées, chose trop rare dans ce carcan dont il est pourtant difficile de s’extraire. Le piano, base presque classique de l’ensemble, progresse et monte dans des sphères plus aiguës et denses. Au-delà de ces exercices de style, Héllena ne s’arrête pas en chemin et nous confie un superbe Leave Me Alone bluesy et doux, dont le refrain n’a de cesse de rapprocher encore plus les éléments d’orchestration de l’intime tel qu’il était connu dans les années 90 grâce à des chanteuses comme Toni Braxton au début de sa carrière ou la regrettée Aaliyah, à qui l’on pense continuellement au fil de ces trois pièces artistiques captivantes et superbement arrangées.

Héllena, dans un chant aussi intense que délicatement posé, ne cherche pas à aller au-delà de ses capacités, ni à trop en faire. Elle se révèle tour-à-tour forte et sensible grâce à une voix qui ne dépasse jamais des limites. Refusant toute démonstration malvenue, elle étend ses ailes au-dessus des instruments afin de mieux y plonger, parfois prédatrice, parfois confidente. Les structures sont intelligemment créées et travaillées, et témoignent du soin constant apporté à leur apparition finale. Le désir et la peine surgissent, de même que la décision de ne pas se laisser faire, de lutter contre la manipulation. Autant témoin qu’actrice, Héllena se montre et se cache pour nous observer et nous conseiller, sur l’amour et l’individualité. Elle donne artistiquement le meilleur d’elle-même pour éclore humainement. Elle nous attire dans ses filets pour au contraire nous libérer au travers de ces trois histoires contées sur le ton de la réconciliation et de l’apaisement. Elles deviennent immédiatement des aveux et des plaidoyers, nous faisant passer, avec elle, du statut de victime à celui d’innocent enfin libéré. Et qui rêve de la garder comme la seule intervenante généreuse et délicate du R’n’B et de la pop, pour un futur qui n’en sera que plus pur.

Un premier album est attendu pour le milieu de cette année; on l’attend donc fébrilement pour confirmer ce que ces trois excellentes chansons prouvent déjà haut-la-main.

Raphaël DUPREZ

http://www.hellenaofficial.com/

https://soundcloud.com/hellenamusic

 

For fans of independent or self-produced music, R’n’B is far from being appreciated. Here is the reason why: all that people know about it is due to every useless tune that can be heard on the radio or TV, and made by so-called artists who are mainly interested in making money by creating fastly and furiously, but with no soul, videos included. And it is a real shame: for example, how can anyone remain insensitive when listening to Kelis’ album Tasty, or The Neptunes’ art of arranging in the beginning of the 21st century? Greek singer Héllena, who is now based in London, tends to show that she is mixing her knowledge of popular melody with emotions. And her songs are proving it in a very interesting way.

The stakes are high, but admirably defined: how can a musician get interest from demanding listeners while performing an apparently simplistic genre? The artist has chosen to unite many sources in her own tracks to succeed. Basing her songs on rough and dry beats, she feels a real pleasure combining different tones. Guitars and strings on Listen are wrapping gospel chants, reminding us of Justin Timberlake’s fabulous Cry Me A River, before being replaced by Stereo Mike’s amazing rap. As she is diving deeper into smooth jazz influences on Don’t Change, a magic spell is put on sound efficiency while an intense and smart vocal harmony is exposed; which is too rare not to be mentioned. Piano remains the main basis for all recordings, and grows before flying to higher and dense spheres. Though, more than exhibiting a simple exercise in style, Héllena never stops inventing and offers us the admirable sweet bluesy tune Leave Me Alone, which chorus brings all music elements closer to intimacy as it was known in the 1990’s, thanks to singers like early Toni Braxton or the one we all miss, Aaliyah, who is a continuous spiritual presence all around these three captivating and wonderfully arranged pieces.

Héllena’s vocals are intensely and softly laid on the instrumentals, never trying to go beyond her abilities or do too much. She reveals herself as strong as sensitive, thanks to a singing that never travels further up its own limits. Never only exhibiting what she is capable of, she spreads her wings on music to literally go into its core, sometimes as a predator, sometimes as a confident. Tunes are magnificent and worked on like precise jewelry, testifying for a constant care until their final version. Desire and sadness appear, as well as a stronger decision not to be manipulated anymore and fight against such behaviors. Acting like a witness and the main character of a theater play we are invited to, Héllena shows and hides to look at us and give us her advice about love and individualism. She is artistically sharing everything she can to shine like a pure human being. She is attracting us into her net to free us while telling these 3 stories, as if they were a reconciliation and a source of absolute peace of mind. They immediately become confessions and a defence of her inner feelings, making us change, with her, from victims into innocents. And we all want her to forever be the only generous and delicate representative of R’n’B and pop music, in a future that will never be the same again.

Héllena‘s first album is expected later this year. Of course, we are feverishly waiting for it to confirm what these 3 fascinating songs already show beyond doubt.

Raphaël DUPREZ

http://www.hellenaofficial.com/

https://soundcloud.com/hellenamusic

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s