Nina Persson – Animal Heart (2014, Lojinx)

Nina Persson – Animal Heart (2014, Lojinx)

Image

Lorsque la carrière solo d’un artiste démarre après une reconnaissance internationale en groupe, la pression est encore plus grande que dans n’importe quel autre cas de figure. La chanteuse suédoise Nina Persson, mondialement saluée alors qu’elle a mené The Cardigans vers la renommée pendant plus de dix ans, en a conscience. Pour son premier album en liberté, elle a donc pris le temps de poser de nouveaux jalons artistiques. Et cela s’en ressent grandement tout au long de ce LP, Animal Heart, qui nous la présente comme jamais elle n’est apparue auparavant.

Profondément ancré dans la pop scandinave (certainement la plus belle et intelligente dans l’univers musical actuel), Animal Heart évolue sans cesse vers d’autres horizons sonores. Des inspirations 80’s (Animal Heart, Food For The Beast) aux expérimentations electro (Dreaming Of Houses), Nina Persson étend son emprise sur des paysages mélodiques variés et jamais répétitifs. Se permettant même de composer un chef-d’oeuvre qui a tout d’un hit potentiel (Clip Your Wings), l’artiste prend des risques immenses en enchaînant des accords invraisemblables mais remarquablement structurés (fabuleux Catch Me Crying) et en pénétrant dans des contrées alliant blues et proximité presque charnelle avec l’auditeur (le duo piano/ voix de This Is Heavy Metal, les élans country de The Grand Destruction Game). Ainsi, plutôt que de donner à entendre ce qui pourrait être attendu de sa part, elle s’écarte des sentiers battus pour errer le long de routes laissées désertes mais menant à de somptueuses citadelles poétiques, dévoilant de ce fait un talent de songwriting impressionnant.

Scrupuleusement arrangé, le disque est cependant intime et résonne comme une confession des années passées. Grâce à sa voix si douce et parfois à la limite de la rupture, vibrante autant que brisée, Nina Persson nous raconte ses histoires, déceptions et émotions personnelles par métaphores ou images (l’industrie comme représentation du corps humain est omniprésente). Tantôt grave, tantôt aiguë, son timbre est continuellement en symbiose avec les chansons et textes, ceux-ci prenant alors une réelle valeur de conversation confidentielle, de dialogue et d’échange. Plus que de simplement donner, la chanteuse attend un retour de l’auditeur, une impression, une opinion. Ce dernier est sollicité régulièrement et devient le témoin de la Suédoise, son plus proche ami. Il est ainsi incroyablement étonnant qu’un tel genre musical puisse à ce point revêtir des atours de confiance à double sens; pari réussi, tant et si bien que l’album appelle à une réécoute continue et intensive, afin d’y ancrer ses propres désirs et expériences pour mieux le savourer.

Le temps a paru long avant l’arrivée d’Animal Heart; mais peut-être que l’isolement était nécessaire à Nina Persson pour atteindre ce sommet de pop immaculée et belle. Une grande réussite.

Raphaël DUPREZ

http://www.lojinx.com/artists/nina-persson

https://www.facebook.com/ninaperssonofficial

 

When a well-known artist decides to start a solo career after being successful with a band, pressure is higher than in any other case. Swedish world-renowned singer Nina Persson, who has been leading The Cardigans to fame for ten years, is aware of this situation. And she has taken her time to create a first album of her own, exploring new artistical foundations. This is what can be heard all along this excellent record, Animal Heart, which introduces a real songwriter we have never met before.

Deeply sounding like Scandinavian pop music (the best and most clever one in the world, actually), Animal Heart is a journey to many different artistic horizons. From 80’s influences (Animal Heart, Food For The Beast) to electro experiments (Dreaming Of Houses), Nina Persson lays her identity on all various and never repetitive shapes of each song. Even allowing herself to compose an immediate potential hit (Clip Your Wings), she takes risks by linking weird but amazingly structured tones together (fabulous Catch Me Crying) and introduces close and personal blues moods ( an admirable piano/ vocal duet on This Is Heavy Metal, or country guitars on The Grand Destruction Game). Thus, instead of giving the audience what it would expect, she aims to new goals while walking on deserted roads leading to sumptuous harmony citadels, therefore proving a huge talent of performing and arranging all tracks.

Though scrupulously and meticulously produced, this record is a work of intimacy and a confession of the past few years. Thanks to her sweet and close to the breaking point, resonant and fragile voice, Nina Persson tells us stories about deception and inner emotions, using metaphors or mental pictures (industry here stands for every human being). Sometimes low, sometimes high and pure, her timbre is always symbiotic with words and music, letting them be as significant as confidential exchanges and conversations. More than only giving, the singer is waiting for an answer from us, a feeling, an opinion on all these subjects. We are regularly called to be the Swedish artist’s representatives and closest friends. Therefore, it is fascinating to see how such a musical genre can give way to mutual confidence; and this album is a successful bet, so that it is obvious to listen to it more and more, in an intensive and continuous way, in order to find one’s own desires and experiences and share them.

Animal Heart has been expected for a long time; but Nina Persson has certainly needed these past few years and a little bit of loneliness to reach such a refreshing and immaculate summit of pop music. Congratulations to her!

Raphaël DUPREZ

http://www.lojinx.com/artists/nina-persson

https://www.facebook.com/ninaperssonofficial

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s