Kryn – Scars Remind Me (2014, Eternal Sound Records)

Kryn – Scars Remind Me (2014, Eternal Sound Records)

Image

Le problème avec les groupes de metal actuels, c’est que l’on a toujours l’impression qu’ils cherchent à simplement recréer, reproduire des styles déjà usités et, ainsi, perdre leur âme. Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer longuement le sujet ici, et heureusement, une bonne surprise peut être encore d’actualité. Comme avec ce premier album des Croates de Kryn, petite perle de heavy metal aux sonorités actuelles et expérimentations passionnantes.

Et des riffs puissants, renforcés par une production en béton, il y en a à foison dans Scars Remind Me. On oscille aussi bien entre influences neo-metal (And Then The Scars Remain) que heavy (Meditiva), mais dans un souci continuel d’explorer des terrains inconnus qui font de cette oeuvre une merveille de rock progressif. Le formidable A/D/D/I/C/T, passant de l’electro à l’indus puis au math rock, illustre parfaitement ce point de vue. Impossible de trouver le temps long à l’écoute de ce disque, tant le groupe a pris le parti de varier les plaisirs. Ainsi, les formats assez longs de certaines chansons (plus de 6 minutes) semblent pourtant trop courts pour illustrer le potentiel de la formation, tellement le temps file, irrémédiablement. Tout est ici donné à l’auditeur, généreusement: riffs lourds, batteries omniprésentes, basses puissantes, mais toujours dans une optique mélodique privilégiant l’audible en lieu et place d’un simple mur du son sans forme. Ce que seuls Disturbed, dans ce même style, semblent capable de faire.

Enorme travail sur les voix également, incroyablement arrangées et peaufinées. En constante variation, pesant hurlements, chants clairs et harmonies, elles démontrent le potentiel incroyable de Karlo Horvat, aussi bien dans les titres lents (Meditiva) que plus brutaux (Second). Mais par-dessus tout, elles demeurent continuellement en parfaite adéquation avec le déchaînement sonore que les 10 titres de Scars Remind Me donnent à entendre, ce qui est loin d’être simple lorsqu’il s’agit, pour résumer, de tenir un album de modern metal sur le long terme. Pari réussi ici haut la main, le groupe se permettant même une reprise de Hurt de Nine Inch Nails, aussi bien hommage à Trent Reznor qu’à Johnny Cash et sa formidable version (et qui est ici présent grâce à l’extrait d’une interview). Kryn achève alors les plus sceptiques avec Released, mise en liberté du quintette allant jusqu’à dépasser les capacités de chacun de ses membres (un conseil: écoutez-le jusqu’au bout).

Scars Remind Me fait l’effet du souffle d’un réacteur d’avion en plein visage: intense, lourd et sentant le kérosène. Ne reste plus qu’à gratter une allumette pour mettre le feu.

Raphaël DUPREZ

http://www.krynband.com

http://kryn.bandcamp.com

https://www.facebook.com/krynband

The main problem with actual metal bands is, they all seem to either recreate or perform already existing styles and, thus, sell their soul. This theme has already been spoken about here and, fortunately, the urge to have a huge surprise still remains, as for Croatia-based band Kryn’s first album, which is a heavy metal masterpiece full of actual sounds and amazing brand new experiments.

Scars Remind Me is a fantastic collection of powerful guitar riffs, always reinforced by a straight and amazing work of production and mixing. One goes from neo metal (And Then The Scars Remain) to heavy (Meditiva), but in a perpetual need to explore unknown territories giving a progressive rock touch to the record. A/D/D/I/C/T/ sounds as electro as industrial and math rock, and perfectly illustrates this particular point of view. It is quite impossible to get bored while listening to this LP, as the band constantly brings variety into their music. Thus, long-length tracks (average time: 6 minutes) appear to be too short to stand for the musicians’ inner potential, so much time runs inexorably runs out too fast. Everything here is generously given to each listener: heavy melodies, ominous drums, but still in an audible and never noisy harmony way. The kind of US sound that only a band like Disturbed seems able to perform nowadays.

A huge work has also been made on perfectly levelled and fine-tuned vocals. Always changing, sometimes screamed, sometimes soft, they stand for Karlo Horvat’s incredible ability to sing in many registers on slow (Meditiva) or brutal tracks (Second). But, above all, they always admiringly stick to the sound explosion that is strictly contained in each track of Scars Remind Me, which is quite hard when a band manages to create a passionate modern metal album. High five for Kryn then, as they easily succeed in such a dangerous situation; they also dare to perform a cover of Nine Inch NailsHurt, testifying for Trent Reznor’s place in music history, but also paying tribute to Johnny Cash’s own version (who can here be heard through an interview extract). Final Track Released achieves convincing people who could still be suspicious while proving, one last time, that the band is as free as they need to be (let us give you a little advice: listen to this song until the end).

Scar Reminds Me is like a jet engine blow in the face: intense, heavy and smelling of fuel. The only thing left to do then is scratch a match and set the world on fire.

Raphaël DUPREZ

http://www.krynband.com

http://kryn.bandcamp.com

https://www.facebook.com/krynband

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s