Jean Viard – Marseille, le Réveil Violent d’une Ville Impossible (2014, Editions de l’Aube)

Jean Viard – Marseille, le Réveil Violent d’une Ville Impossible (2014, Editions de l’Aube)

Image

L’une des forces principales de Marseille transparaît dans les deux réactions extrêmes qu’elle suscite lorsque l’on parle d’elle ou que l’on y pénètre pour la première fois: soit elle fascine, soit elle rebute. Aucun intermédiaire ne semble la définir mieux que ce paradoxe. Ce constat, la ville le tient autant de son histoire que de sa situation géographique, entre mer et terre, mais également de la multiplicité d’entités la constituant, entre Canebière et quartiers Nord dont la réputation n’est malheureusement plus à faire. Mais cela soulève une question principale: comment rester insensible à cette vie fascinante qui explose de Notre-Dame de la Garde à La Castellane, de l’effervescence de Belsunce à la beauté du Vieux-Port? Cet ouvrage de Jean Viard, sociologue reconnu, directeur de recherche au CNRS et élu local depuis 2008, contribue à apporter de nombreuses réponses, autant que des solutions aux problèmes posés pour que la cité phocéenne devienne, enfin, la métropole qu’elle se doit d’être aussi bien au niveau territorial qu’international.

Au travers d’articles et d’entretiens récents, l’auteur dresse un constat éloquent et précis des enjeux marseillais et de leurs causes premières. De son passé colonial à sa diversité ethnique actuelle, de l’éclatement urbain très -trop?- développé extra-muros à la sectorisation de son ensemble, cette seconde décennie annonçait un repli de la ville sur elle-même encore plus important que les années précédentes. Pour la sortir de ces habitudes et images d’Epinal mondialement connues, l’année 2013, avec Marseille-Provence capitale de la Culture, pose de nouveaux repères tout en regardant en arrière pour tirer les leçons de dysfonctionnements latents mais loin d’être irréversibles. Ce dont Marseille a besoin pour naître à nouveau, c’est d’unité. Et celle-ci doit être vue sur tous les fronts: politique, social et économique. Tournées vers la Méditerranée aussi bien que vers la France et l’Europe, ses voies maritimes lui donnent un potentiel gigantesque et une place prépondérante dans le flux de marchandises mondiales. Sa population cosmopolite, exemple rare de cohabitation sur la durée (si l’on part de l’arrivée des migrants algériens dès 1962), demeure inébranlable. Enfin, ses atours culturels mais également universitaires achèvent de montrer la puissance intrinsèque d’une cité en quête d’unité et de reconnaissance.

Alors que les querelles entre membres de partis opposés ou de mêmes partis, les affaires judiciaires, le problème de la drogue, économie souterraine mais omniprésente, entachent l’image de cette ville sans nulle autre pareille, c’est bel et bien dans la mise en relation entre tous ces enjeux que la solution réside. Elle est simple: pour grandir et devenir métropole, Marseille doit relier tous ses atouts entre eux, ne faire qu’un. Le rôle des élus est alors de créer ces liaisons, de comprendre l’urbanisation de manière concrète, d’écouter et faire participer chaque représentation d’une société diverse mais ô combien riche. Plutôt que de cantonner chacun dans ses propres repères et susciter ainsi la crainte de ne pas pouvoir « devenir Marseillais », il faut prouver que l’on est capable d’accueillir en étant un bloc soudé et ouvert. Les conséquences sont de taille: par ces aménagements et prises de conscience, la cité peut exister, dans un futur plus proche que prévu, en tant qu’entité économique, universitaire et sociale. Jean Viard nous démontre que tout cela est à portée de main, que ce qui a réussi à Lyon est possible ici, voire peut dépasser ce qui existe déjà. Grâce à une analyse détaillée, l’ouvrage exprime ce désir de donner vie au rêve phocéen et de sortir du carcan dans lequel il repose, mais qui n’est qu’une illusion que le passé a entretenu. Il est temps d’agir.

Un essai intense, chargé d’humanité et surtout, écrit par un passionné qui souhaite plus que tout redorer le blason de Marseille. Et son éclat n’en est que plus grand, comme celui de la Bonne Mère au coucher du soleil. A lire pour tous les amoureux de cette ville incomparable et pour tous ceux qui souhaitent dépasser les idées reçues.

Raphaël DUPREZ

http://editionsdelaube.fr/

 

One of French city Marseille’s main strength first appear in people’s contradictory reactions while arriving into it for the first time: either one loves it, or hates it. Nothing else seems strong enough to define this particular place. Considering this fact can easily be explained by both historical and geographical reasons: Marseille lies between land and sea, but also, contains many different social entities, from the Canebière to the so-called infamous Northern districts. Thus, one is asking: how can anyone remain insensitive while standing in front of such a fascinating town, from the upper lands of Notre-Dame de la Garde to the Castellane area, from the effervescent Belsunce streets to the amazing fishing port called ‘Vieux Port’? Jean Viard, well-known sociologist, head executive at the French National Research Center (CNRS) and elected representative since 2008, exposes many answers to this question in his essay, explains all problems surrounding such important difficulties, but also expresses the way Marseille could become a territorial as well as international metropolis.

Thanks to recent articles and interviews, the author takes eloquent and precise stock of all that is at stake in the city, and why. From its colonial past to an actual social multiplicity, from an extended (maybe too much) town planning to an irreversible division into sectors, the second decade of years 2000 has seemingly announced a total closure of the Mediterranean center, worse than before. To get out of such habits and clichés, the 2013 project ‘Marseille-Provence, cultural capital’ has laid brand new foundations while, in the meantime, looking back to understand all lessons and dysfunctions from the past. What Marseille needs above all to succeed is unity. And this particular subject has to come from each side: political, social and economic. Right in the middle of Mediterranean sea and French river Rhône, the town’s sea routes have a huge potential in national, European and international freight. Its cosmopolitan population is nowadays a perfect example of long cohabitation (started after Algeria war in 1962), and still exists. And, at last, its cultural and educational bases tend to prove its inner strength of worldwide recognition.

While ridiculous fights against members of opposite parties (or members of the same one), legal cases and economically ominous drug traffic apparently coexist and blot Marseille’s copy book, the answer to many problems lies in this: interacting between all these facts and people is the only way out. Actually, it is quite simple: to grow up and become a brand new important metropolis, all Marseille’s assets have to be as one. Executives then have to create relationships and links between people and districts, understand what the word ‘urbanization’ really means, listen to everyone and let people take a part of the multi-cultural then so rich creation of the evolving city. Instead of remaining in one’s safe and old prejudices, therefore scaring new potential actors who want to be a part of Marseille and live there, one has to prove that a real, economically open-minded place is ready to be built, alltogether, as one. Consequences are essential: with such a development and awareness, the city will be able to expand and shine like a social, academic and main marketplace. Jean Viard proves that such a conclusion is possible, as it has been the case in Lyon, and could also go forward and above an existing urban success. Thanks to an in-depth analysis, this essay is a perfect demonstration of how the town’s dream can become a concrete reality if it gets out of its self-imposed borders, which is an illusion from the past. It is now time to do something about it.

Such a book is intense, human, and most of all, has be written by a man in love with his town and needing to have it back to a leading place, shining like the dying sun on the walls of Notre-Dame de la Garde, Good Shepherd of Marseille.It has to be read by all people who are in love with the city, as well as others, if they want to discover its hidden thus admirable side and reflection.

Raphaël DUPREZ

http://editionsdelaube.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s