Saycet – Through The Window (2010, MVS Records)

Saycet – Through The Window (2010, MVS Records)

Image

La découverte de Saycet reste un grand souvenir pour l’auteur de ces lignes; par hasard, un soir de concert dont la première partie était Phoene Somsavath (qui officiait alors sous le nom d’Oto Efekt) et qui était à ce moment-là l’artiste qui nous intéressait. Suite à son excellente prestation, le choc: visuellement et musicalement, l’enchaînement des titres de leur premier album, One Day At Home, avait sidéré et hypnotisé. Une révélation totale dont on ne se remet jamais vraiment. D’où l’envie de revenir ici sur leur second album vieux de quatre ans mais toujours d’un modernisme incroyable. Et, entretemps, les routes se sont croisées.

La musique de Pierre Lefeuvre, tête pensante de cette entité hors norme, étreint et love les neurones dans un mélange electro et pop éthéré et aérien, sensible et jamais rébarbatif. Les mélodies composées d’instruments percussifs doux et effervescents font frémir, tandis que les samples et loops rythmiques enivrent et délitent toujours plus la capacité humaine à retenir ses larmes. On ressent cette même délicatesse poignante qui était déjà terriblement captivante à l’écoute du premier album de Saycet. Sauf qu’ici, l’enjeu se révèle encore plus grand grâce à la rencontre de ces mélopées dramatiques et mélancoliques avec celle qui pouvait seule les porter: Phoene Somsavath, dont la voix fragile et à fleur de peau amène une illustration tragique de l’ivresse artistique vécue tout au long de ces douze titres. Un rêve devenu réalité; difficile de définir chacune des chansons tant elles forment un ensemble cohérent et immersif. Tout au plus insisterons-nous, pour résumer ce chef-d’oeuvre intégral, sur Opal et We Walk Fast, parfaites synthèses et introductions à ce disque lumineux et intimement confessionnel.

Constat existentiel et introspectif, Through The Window nous emmène au-delà du miroir, nous aide à dépasser les apparences du quotidien. C’est un ailleurs, un monde céleste, une respiration autant qu’un enfermement sur soi. Obsessionnel, le disque nous guide au milieu de nuages et brumes sonores faisant naître, par le regard intérieur, les idées créatrices et désirs immatériels d’un vécu pesant de tristesse mais qui se voit offrir, enfin, un moyen de véritablement sortir de la routine de chaque jour. En apnée, alternant apesanteur et ralenti, bienfaits aquatiques et vapeurs volcaniques, territoires vierges et cieux blanchis par des nuages qui ne menacent pourtant jamais, l’auditeur vogue, vole, n’est plus en contact avec aucun artifice. On est soi, on regarde chacune de nos images, chacun de nos reflets, pour ne garder que les plus vrais.

Quatre ans après sa sortie, l’album continue toujours de hanter les couloirs de la musique électronique et ambient autant que ceux de nos âmes. Et il est certain que le fantôme restera encore longtemps présent, discret mais apparaissant dans les moments les plus désespérés. Pour nous aider à avancer de nouveau, plus loin.

Raphaël DUPREZ

http://saycet.org/

https://soundcloud.com/saycetorg

 

Discovering French band Saycet for the first time still remains, a few years back, a memorable moment; quite by chance, it all happened while going to a gig to see Phoene Somsavath (known then as Oto Efekt) so much her own music was impressive. After her perfect show, came a total shock: visually and musically, the band performed many songs from its staggering and mesmerizing first album One Day At Home. A complete revelation one could never forget. This is why, four years later, it is time to go back to Saycet’s second full-length effort, still sounding as amazing as modern. But also, see how different roads have crossed.

Saycet’s master of ceremony Pierre Lefeuvre creates an embracing and neuronal-stimulating, sensitive and limitless, ethereal and aerial electro pop music. Melodies are performed here with sweet and effervescent percussive instruments, then make one shiver, as rhythm samples and loops hypnotize and slowly break all the imaginary walls of the human soul to drive one to tears. This same moving softness has been heard in the band’s first album, but goes further in this particular one. For a simple and wonderful reason: Phoene Somsavath, whose fragile and hypersensitive vocals appear to be the only ones that are able to control senses and sensitivity, stands for a tragically and visually artistic vision of theses twelve original tracks. This is like a dream come true; and then, of course, it is hard to explore each song one by one, so much they contribute to existentially call a coherent and immersive musical entity. Though, Opal and We Walk Fast perfectly synthesize this enlightened and confessional album.

Through The Window is an existential and introspective statement, taking us to the other side of the mirror and helping us bare with daily difficulties. It is a different and celestial world, a deep breath and a look at oneself. This obsessive record invites us to flight through clouds and mist, allows one to feel inner creative ideas as well as bodiless desires, away from one’s sad life but also showing that there are many other ways to go far from the everyday routine. In a complete apnea, weightless and slowing down, one enjoys a deep dive into water as much as a smell of icy volcanoes, virgin lands and white-clouded skies keeping raindrops from falling; one flies, swims, and has no more contact with reality and objects. It is the only way to feel and be as one; staring at one’s own image and reflections in order to find one’s real and true self.

Four years after it went out, Through The Window is still haunting the corridors of ambient and electro music, and moreover, of people’s mind. And this ghost will certainly be here for a long time, silent but ready to come and help all of us go forward and stand back up in desperate moments.

Raphaël DUPREZ

http://saycet.org/

https://soundcloud.com/saycetorg

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s