Lapin Lover – Axis Islands (2014, auto-production/ self-produced)

Lapin Lover – Axis Islands (2014, auto-production/ self-produced)

Image

Sexe, drogues et… electro. Vous avez bien lu et il n’y a pas d’erreur. Le premier album du duo américain Lapin Lover et un mélange intriguant d’érotisme, de substances hallucinogènes et de danses sensuelles amenant inexorablement à l’acte. On sait comment la soirée commence mais on ne devine jamais comment elle va se terminer. Du moins en apparence.

La musique est aussi nue que les protagonistes au fur et à mesure de la progression nocturne. Des beats electro profonds (Aphrodesiac), des passages plus doux mais visant toujours directement la séduction (Axis Underground, The Struggle), même un semblant de pop acidulée bientôt sous ecstasy (Lovely Honey Bunnies). Ness et Keysi, les deux membres de cette entité dévouée au plaisir, alternent les voix proches du groove autant que de l’incitation à la débauche (Nine To Five), de la disco à l’ambient, dans le but de créer un univers intime et propice au plaisir des sens. Mélopées 80’s, sonorités dance et lounge anglaises (Opium Theater) et basses saturées s’enchaînent et guident dans des chambres improvisées où l’effeuillage de chacun peut enfin commencer.

Là où certains vont chercher le défoulement total en rave party, Lapin Lover nous invite dans un grenier perdu au fin fond d’une campagne déserte. Des rideaux de velours rouge sont tendus le long des murs, la lumière est tamisée, peu d’invités ont le droit d’assister à ce moment très select. Le duo, dissimulé dans un lieur reclus de la pièce principale, révèle ses sonorités sexuellement transmissibles, fait naître l’envie du contact des corps, s’immisce dans la conscience pour y susciter le plaisir. Les drogues sont douces et simplement partagées pour amplifier le désir. Les caresses sont délicates, tout en séduction, regards, envie langoureuse et intense. Pas d’inquiétude: dès que les couples se forment, sous l’influence de titres évocateurs autant que provocateurs, il suffit de descendre quelques marches et d’ouvrir les portes de chambres où la chair et l’âme ne feront plus qu’un. Aphrodisiaque mais jamais orgiaque, Axis Islands amène à la jouissance des sens, insidieusement, voluptueusement.

Eteignez les lumières. Sentez la sève de l’envie monter en vous. Puis laissez-vous totalement aller. Et une fois l’orgasme atteint, retournez vite écouter Lapin Lovers. Et recommencez, indéfiniment.

Raphaël DUPREZ

https://soundcloud.com/lapinlover

https://www.facebook.com/LapinLover

 

Sex, drugs and… electro music. No, you have read it well, make no mistake. US duo Lapin Lover’s first LP is an intriguing mix of eroticism, illusinogens and sensual dance leading straight to a strong desire of making love. One can easily say how the night is about to start, but never how (and with whom) it is going to end. Well, apparently.

Music here is mesmerizing, as naked as each guest to this special party while time goes on. Deep electro beats (Aphrodesiac), sweeter and seducive moments (Axis Underground, The Struggle), and even slightly acid pop music (Lovely Honey Bunnies) lead each one to unashamedly charm. Ness and Keysi‘s vocals (the two brain cells of this devoted-to-pleasure musical entity) are sometimes delicate, sometimes directly inciting to sexual desires (Nine To Five), performing disco and ambient genres in order to create an intimate and conducive world of sensitive ecstasy. 80’s monotonous chants meet English dance and lounge styles (Opium Theater) as well as saturated bass tones, then lead one into unexpected bedrooms where each one’s striptease is about to start.

While a few people only need a total and useless release of tension through rave parties, Lapin Lover is inviting us into a lost ceiling far away from civilization. Red velvet curtains hang on the walls, lights are down and soft, a few guests are allowed to enjoy this precious and exclusive moment. The band, hiding in a dark corner of the room, reveals sexually transmitted songs, arouses a desperate urge to strongly hug someone and slowly penetrates one’s soul to create a strong and immaculate pleasure. Delicate caresses and frivolous looks are amplified by the use of soft drugs. No worries then: when couples unite thanks to evocative though provocative and entertaining tunes, one only has to go down a few stairs to open a bedroom door and let bodies and souls become one. Aphrodisiac though never orgiastic, Axis Islands is a sensitive, insidious and voluptuous pleasure and possession.

Turn the lights off. Let pleasure come. Get ready to lay down and enjoy the night. And when you have had an orgasm, go back upstairs to listen to Lapin Lovers‘s songs. Then start again until daylight comes.

Raphaël DUPREZ

https://soundcloud.com/lapinlover

https://www.facebook.com/LapinLover

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s