Raw Dogs – Full Moon EP (2014, auto-production/ self-produced)

Raw Dogs – Full Moon EP (2014, auto-production/ self-produced)

Image

Sortez la brillantine et les blousons en cuir: le premier EP des New-Yorkais de Raw Dogs sent bon le rockabilly, les années 50 et les grosses cylindrées. Et l’envie d’en découdre, surtout, dans la sueur et la frénésie.

Quatre titres donc mais déjà une formidable énergie de la part du trio: dès les premiers accords de I Kissed The Devil, le retour aux sources est flagrant. La voix est superbe de délicatesses et prouesses, envoûtante et totalement dédiée au style. La section rythmique assure son rôle sans difficulté, les guitares rock et blues partent dans des soli de toute beauté et bien pensés (mention spéciale à celui de Runaround, incroyable), la contrebasse coule parfaitement. Alors que le genre avait connu ses heures de gloire au fil de l’histoire de la musique avant d’apparemment tomber en désuétude, il fait bon entendre à nouveau des formations qui osent proposer des pérégrinations si belles, groovy et entraînantes en diable. Trop rare dans le paysage actuel pour ne pas en profiter.

Et Raw Dogs assure carrément. Allant même jusqu’à ralentir la cadence pour mieux la précipiter à nouveau (Dirty Kiss), le groupe montre qu’il est aussi doué en format long que court. Dommage qu’il n’y ait pour l’instant que quatre chansons à se mettre sous la dent tant ils sont prometteurs. Mais ce Full Moon en dit déjà long. Et si l’on en croit la page Facebook des garçons, les concerts commencent à prendre de l’importance. Pourvu que ça dure et qu’un long arrive bientôt!

Un petit plaisir coupable à écouter à l’arrière d’une décapotable avec sa petite amie dans les bras. Dans les bois, bien sûr. Mais gare au loup…

Raphaël DUPREZ

Get your brilliantine and leather jacket: New York-based Raw Dogs’ first EP is a pretty good Fifties-sounding and big-engined motorcyles-smelling rockabilly, as much as a huge urge to play it in a sweaty and frenzy way.

Four songs, and a remarkable energy from the trio: from I Kissed The Devil’s first tunes, a wish to come back to the origins of the genre is obvious. Delicate, spellbinding and admirably velvet vocals are entirely dedicated to the style. Drummer plays his part without any difficulty as rock and blues guitars madly introduce well-thought and hysterical solos (special mention to the incredible one in Runaround), double bass perfectly runs through this wild sound landscape. Whereas the genre has known its glory hours in the music history before apparently being forgotten, it is good to hear that bands dare to give such passionate, groovy and entertaining peregrinations. And also, it has become too rare not to be mentioned.

Then, Raw Dogs definitely rock! They sometimes slow the rhythm down to better make it run (Dirty Kiss) and thus prove that they are able to play short as well as long songs. It’s a pity that there are actually four tracks to be listened to, so much the band is promising. Full Moon is already an encouraging EP. And, as anyone will easily notice on their Facebook page, the band’s gigs are starting to expand. Hope they will be here for long and endlessly burn the house down to the ground!

Full Moon is a guilty pleasure to listen to at the back of one’s convertible, a girl in one’s arms, deep in the woods. But beware of the werewolf…

Raphaël DUPREZ

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s