Eyjafjallajökull (France, 2013, réalisé par/ directed by Alexandre Coffre)

Eyjafjallajökull (France, 2013, réalisé par/ directed by Alexandre Coffre)

Image

Que doit-on attendre d’une comédie française aujourd’hui? Le genre s’étant largement épuisé, voire ayant dévié de sa trajectoire depuis une dizaine d’années, le divertissement a toujours tendance à tomber à l’eau, quoiqu’on en dise. Quelques cas rares viennent heureusement rehausser le niveau, comme ici avec ce film d’Alexandre Coffre, qui est une excellente surprise.

Alain et Valérie, séparés depuis plusieurs années, ne se supportent plus mais doivent chacun se rendre au mariage de leur fille unique en Grèce. Suite à l’éruption du volcan islandais éponyme, leur avion est cloué au sol. Ils vont devoir faire la route ensemble au fil de pérégrinations toutes plus improbables les unes que les autres pour arriver à destination.

Eyjafjallajökull réussit là où on ne l’attend pas. Le scénario et les dialogues sont excellents et nous replongent dans le style des comédies de Francis Veber, tant le duo d’acteurs fonctionne à la perfection. Dany Boon et Valérie Bonneton, exceptionnels en couple se faisant les pires crasses possibles, ont l’air de s’en donner à coeur joie, ce qui se ressent dans tout le métrage. Pas de temps mort dans cette comédie sans prétention mais qui fonctionne à la perfection. Chacun évite de sombrer dans leurs plus célèbres habitudes d’acteurs (Dany Boon sur scène ou Valérie Bonneton dans Fais Pas Ci, Fais Pas Ca), ces tics qui pourraient laisser certains indifférents ou agacés. Leur jeu est simple, sans exagération, et fait la force du film. Il est tellement bon de les retrouver dans de telles conditions.

Alexandre Coffre s’en sort parfaitement dans ce périlleux exercice, sans jamais tomber ni dans la gaudriole, ni dans la facilité. Le scénario est fin, et même si certains gags sont prévisibles (l’aigle), on se laisse entraîner facilement dans ces aventures rocambolesques mais, miraculeusement, attachantes. Même la chanson finale du duo est un bijou de mise en scène et d’émotion; chose trop rare dans le cinéma français pour ne pas être soulignée ici.

Une comédie très réussie, à déguster entre amis pour un bon moment qui va jusqu’à largement dépasser ses promesses. Hautement recommandable.

Raphaël DUPREZ

What are we allowed to want from a French comedy, nowadays? The genre has been appearing to go weaker and weaker, year after year, and even far from its goals for the last ten years, because of a bad entertaining vision from its creators. Fortunately, a few films are able to raise the level, and Alexandre Coffre’s Eyjafjallajökull is one of them, as much as an excellent surprise.

Here is the story: Alain and Valerie, who have been living separate ways for several years, cannot stand each other anymore but have to go to their daughter’s marriage in Greece. Because of the eruption of the eponymous Icelandic volcano, all planes are nailed on the ground. They are thus about to go through multiple improbable peregrinations on a perilous and rough journey to arrive there on time.

Eyjafjallajökull is an unexpected success. The scenario and dialogues are excellent and remember one of French director Francis Veber’s movies, so much the main characters are perfect. French actors Dany Boon and Valérie Bonneton, being an exceptional couple, always ready to make each other’s life miserable. They both seem to have had a great time working together, and this can easily be seen on the screen. This simple but efficient comedy suffers from no dead time and perfectly fits to the genre. Each actor avoids exaggerating their own performance ( like Dany Boon on stage or Valérie Bonneton in French TV show Fais Pas Ci, Fais Pas Ca), kinds of habits which could make the audience tired or angry. Their acting is simple, clever, and gives an amazing strength for the film. It is so good to watch both og them in such conditions.

Director Alexandre Coffre admirably succeeds in such a perilous attempt; jokes are neither vulgar, nor going for the easy option. The scenario is really smart, and even if a few jokes can be foreseen (the ‘eagle’ one, for instance), one easily gets involved into these foolish but also moving adventures. Even the final song, performed by Dany Boon and Valérie Bonneton, is a remarkable example of creation as much as emotion; such an approach is too rare in the actual French cinema not to be valued.

This film is a comedy to enjoy with friends and have a great time together ; moreover, it goes far beyond all its funny promises. Highly recommended.

Raphaël DUPREZ

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s