John Heckle – Desolate Figures (2013, Tabernacle Records)

John Heckle – Desolate Figures (2013, Tabernacle Records)

Image

Attention: ce disque du DJ anglais John Heckle est loin d’être facile à aborder. Tout d’abord, de par sa nature même, dont la base house pourra rebuter plus d’un. D’autre part, de par son côté expérimental, omniprésent et donnant à l’ensemble une démarche réfléchie autant qu’une écoute attentive. Car, sous ses atours purement électroniques, Desolate Figures est un hommage à de nombreux genres.

Fort d’une expérience acquise depuis l’âge de 15 ans, John Heckle fait partie de cette génération de sorciers musicaux anglais dont certains ont rencontré un succès plus franc (au hasard, les Chemical Brothers). Lui préfère enrichir sa connaissance du genre sur scène, mixant encore et toujours et participant ainsi à la réhabilitation de plusieurs clubs anglais (comme le Lemon Lounge à Liverpool). Plusieurs EP et un album verront le jour et donneront à l’artiste ses galons de producteur amplement mérités. Et c’est ce qui ressort en premier lieu de Desolate Figures: un album travaillé, fouillé, regorgeant de petits détails et d’inspirations puisées au fil des rencontres autant que sur les dancefloors. Mais il y a aussi ici une approche directe: même si le DJ prend le temps d’installer ses titres, un besoin d’immédiateté se fait sentir au détour de chaque boucle electro et instrumentation.

La base rythmique et mélodique de chaque titre mène vers des territoires étonnants: nappes synthétiques (Blindman’s Bluff), sonorités très années 1980 (Frankenstein’s Sweet Nectar) et improvisations free-jazz imprévisibles (Something For Your Distorted Mind) alternant avec d’autres pièces purement house (Death Of A Spaceman). Hors des sentiers battus, le mix dans sa globalité traverse tous ces paysages sonores, entraîne et ralentit, mais nous emmène inexorablement plus profondément à la rencontre de ces chiffres désolés. Car plus la musique évolue, plus elle s’assombrit, devient obscure, éclairée uniquement par des lampes à U.V. Le genre de sons parfaits pour un club underground sentant la sueur et la fumée.

John Heckle se fait avant tout plaisir: aucune structure prédéfinie, un enchaînement d’idées folles mais totalement maîtrisées, un désir de s’accorder, à lui aussi, du bon temps, autant que d’en donner. Desolate Figures se distingue ainsi d’autres disques du même style; il excite les neurones autant que le corps, brasse les cultures (certains sons nous ramènent aux glorieuses heures électroniques anglaises des années 1990) et jette en pâture ses compositions à des danseurs surexcités et hypnotisés, en transe. A la fois planant et diablement efficace, cet opus définit ce que l’électronique se doit d’être; une source de bonheur pour tous autant que de liberté créatrice. On en vient presque à regretter l’interruption entre chaque titre par des « fade out – fade in » brisant légèrement l’enchaînement nécessaire au format commercial.

Une création froide et lumineuse, dynamique et envoûtante. A écouter en boucle pour mieux s’en imprégner; le détour vaut vraiment la peine.

Raphaël DUPREZ

Be warned: this album from English DJ John Heckle is far from being easy to listen to. First of all, because of its musical nature based on house music and which could disturb some of its listeners. Then, it is also very experimental and needs to be heard with a smart and clever attention. Thus, even if sounding like pure electronic music, Desolate Figures is a tribute to many different genres.

Experiencing music since he was 15, John Heckle belongs to a generation of English musical wizards, some of them having a worldwide success (let us say, The Chemical Brothers). He would rather improve his musical abilities on stage, always mixing as much as being part of the rebirth of several English clubs ( Lemon Lounge in Liverpool). Several EPs and an album came out and gave him the opportunity to produce new tunes. This is what strikes the most while listening to Desolate Figures: this LP is admirably composed, complex, constantly adding small details and inspirations which the DJ has tested while meeting people and houseclubbing. But it also contains an immediate feeling: even if taking time to let his songs go forward, John Heckle still has to go straight to the point thanks to each electro loop and instrumentation. Rhythm and melody basis of for every track goes through many different territories : synths waves (Blindman’ S Bluff), sounds from the 1980’s (Frankenstein’ S Sweet Nectar) and free jazz improvisations (Something For Your Distorted Mind) alternate with purely house music moments (Death Of A Spaceman). With no boundaries, the entire mix crosses all these musical landscapes, travels through them then slows down, but unrelentingly takes us deeply to a path where these desolate figures stand.

The more the tunes evolve, the more the grow darker, obscure, and enlightened only by U.V. lights. These sounds are thus ready to be played in an underground club filled with sweat and smoke. Though, John Heckle is having a lot of fun as a performer: his music is not structured, loops are of insane but cleverly controlled, all in a wish to have a good time, as much as giving some. Desolate Figures then finds its own and proper way compared to other LPs in this genre; exciting neurons and bodies, it is an amazing testament of many cultures (sometimes sounding like the glorious English electronic times of the 1990’s) as the DJ shares its compositions with over-excited, in-trance and hypnotized dancers. As mesmerizing as smartly composed, this album is a perfect definition of what electronic music should always be; a way to happiness and creative freedom. Too sad each song has to be separated from the others by fade-outs and fade-ins which, from time to time, are a cruel seizure through the mood we are in.

Desolate Figures is cold and luminous, aggressive and spellbinding. Listen to it many times to be entirely possessed by it; it is really worth it.

Raphaël DUPREZ

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s