PurpleHaze Ensemble – PurpleHaze Ensemble (2013, Unquiet Records)

PurpleHaze Ensemble – PurpleHaze Ensemble (2013, Unquiet Records)

PHE Cover artwork

Ultime voyage (du moins pour le moment) dans l’exploration du label polonais Unquiet Records, ce disque éponyme de PurpleHaze Ensemble nous réserve à nouveau une surprise de taille qui confirme que cette maison de disques fait preuve d’une ouverture d’esprit peu commune.

La musique de PurpleHaze Ensemble, à l’image de celle de Fleshworld, est un panorama de styles totalement assimilés par le groupe. Ici, cependant, il s’agit plutôt de rock progressif et d’influences grunge permettant à l’auditeur de voyager entre les sonorités guitaristiques des années 70 et celles du courant de Seattle des années 90. Le groupe s’approprie à la perfection ces influences majeures et reconnaissables dès la première écoute. Ils ornent cependant les 6 titres de détails beaucoup plus originaux: la longueur des morceaux leur permet effectivement d’apporter des éléments électroniques et psychédéliques bienvenus, d’avancer dans un courant sonore évitant les écueils de la pure reproduction des genres. L’écoute attentive est ici de rigueur, l’auditeur étant appelé à une activité intellectuelle et émotionnelle à chaque seconde. Chaque pièce évolue, se dissout, se métamorphose dans une production sèche et brute servant idéalement le disque.

La voix participe activement à cet éclectisme: tantôt hurlée, tantôt chantée, elle rappelle les riches heures de Chris Cornell et Soundgarden dans son expressivité et sa multiplicité, s’accordant aux décharges électriques et passages plus calmes de l’album. Elle apporte également un soutien, une base qui est surtout identifiable grâce à ces nappes synthétiques lointaines mais omniprésentes, menaces extérieures transmettant une tension toujours palpable car se résumant à des notes tenues tout au long des chansons. Une idée simple mais véritablement efficace.

PurpleHaze Ensemble signe un album nostalgique et tourné vers l’avenir, laissant de beaux jours à la diversité artistique polonaise. Le groupe possède un talent qui lui ouvre sans conteste les portes de la reconnaissance, à petite ou (on l’espère de tout coeur) à grande échelle.

Raphaël DUPREZ (un immense merci à Tytus Kalicki)

Ultimate music experience (at least for the moment being) thanks to Polish label Unquiet Records, the eponymous PurpleHaze Ensemble album is, once again, a huge and amazing surprise that this open-minded label invites us to discover.

PurpleHaze Ensemble’s music, such as Fleshworld’s, is an astonishing panorama of perfectly assimilated genres. However, songs here sound rather like progressive rock and grunge tunes, allowing us to travel from the deep psychedelic moments of the 70’s to the rough and dirty Seattle-based guitar tones of the early 90’s. The band originally uses these major and well-known styles, at least while listening to the album for the first time. They however bring wonderful details through the heart of each song: their unusual length allow them indeed to perform electronic and ethereal soundscapes, going on such an attractive current melody while, at the same time, avoiding to only reinterpret what is due to their predecessors. An attentive and rigorous listening is necessary, each second taking part of a global and fully-detailed piece of atmospheric work. Each part is always evolving, dissolved and served by both rough but clean mix and production.

Vocals take a huge part in this eclectic approach: sometimes screamed, sometimes sung, they remind us of Soundgarden’s singer Chris Cornell’s expressive and multiple abilities, fitting in both electric and aerial moments of the LP. They also bring a strong support as much as an exclusive basis which is especially exposed thanks to sudden and omnipresent synths waves, deeply sounding like electrical lines transmitting everlasting and ominous tension and power while being single notes endlessly played through the songs. A very simple but truly effective idea.

PurpleHaze Ensemble’s first LP is as nostalgic as futuristic and a huge promise from Poland’s multiple artistic faces. The band’s inner talent opens is about to be recognized and valued, on a small or (one intensely hopes for it) large scale.

Raphaël DUPREZ (special thanks to Tytus Kalicki)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s