Manifestation contre le projet de loi anti-avortement en Espagne/ Demonstration against the Spanish anti-abortion law (Paris, 01/02/2014)

Manifestation contre le projet de loi anti-avortement en Espagne/ Demonstration against Spanish anti-abortion bill (Paris, 01/02/2014)

Image

Arrivée à 13h30 et une inquiétude : à une demie-heure de l’horaire de départ prévu, seule une petite cinquantaine de personnes est présente place Joffre pour la manifestation contre le projet de loi anti-avortement espagnol. Peu de journalistes également : on rencontre une équipe de BFMTV déjà prête.

Image

Inquiétude heureusement effacée par la venue en masse de manifestants de tous horizons. Associatifs, tout d’abord, de nombreux militants pour les droits des femmes ayant répondu à l’appel collectif lancé via les réseaux sociaux (et très peu relayés par la presse…). Politiques également, même si cela laisse craindre une tentative de récupération à des fins électorales (ce qui n’aura pas lieu, chacun prenant sa place dans une unité complète et une marche pour les mêmes valeurs). Ce sont bientôt des milliers de Français mais aussi d’Espagnols résidents qui affluent, prêts à battre le pavé pour dénoncer ce retour en arrière du gouvernement espagnol dont la loi doit passer devant les députés dans les jours qui viennent.

Image

Le cortège se met en route à 14h40, dans un ordre et une discipline fort peu communs. Chacun a conscience de l’enjeu, mais également du pacifisme que cela implique intrinsèquement. Alors on marche, on rencontre, on discute. Et surtout, on croise des êtres de convictions opposées, les banderoles « Ni cathos, ni fachos » côtoyant « Ce n’est pas parce qu’on est des Chrétiens qu’on est forcément des crétins », les marcheurs scandant des slogans dans une unité totale. Quelques partisans de la Manif pour tous, apparemment soucieux de montrer leur bêtise, apparaîtront bien aux fenêtres, brandissant des drapeaux français (même si on en comptera au final que 3 ou 4) et seront copieusement sifflés ; bien fait. Plus qu’une simple manifestation, c’est une émotion qui domine : les traits sont marqués mais emprunts de conviction, la motivation est palpable. Comment, en effet, rester insensible à ce retour en arrière de l’exécutif espagnol après tous les combats menés pour permettre aux femmes de jouir de leurs corps, de leur droit à l’enfantement autant qu’à l’avortement, tant les situations humaines quotidiennes nécessitent ce même droit ?

Image

De nombreuses interventions fleurissent au sein de la procession. Mention spéciale aux Femen, dont les happenings, tout en conviction forte mais sans vulgarité ni provocation gratuite, fédèrent autant que les pancartes associatives. On croise des gens de tous âges, des enfants aux personnes âgées, des nations unies. On osera ici parler de communion tant l’harmonie est totale. Une marée humaine (3000 selon la Police, 30000 selon les organisateurs mais environ 20000 selon l’auteur de ces lignes) avance, forte de l’union qui se dévoile au fil des mètres. Le combat mené en Espagne au même moment est dans tous les esprits et l’on marche, chaque pas symbolisant une véritable avancée vers la défense de la cause. On se retourne parfois et l’on est subjugé par tous ces visages, cette foule cosmopolite immense. Le tout dans un calme exemplaire, sans tension, mais avec amour et passion.

L’arrivée à l’Ambassade d’Espagne, deux heures plus tard, réservera une mauvaise suprise : aucune délégation ne sera reçue. Preuve de la fermeture d’esprit du gouvernement espagnol face à ce sujet pourtant primordial. Mais aucune déception ne viendra entâcher ce qui s’est produit ce jour ; chacun, ensemble, pourra fièrement dire qu’il était là, ce samedi 1er février 2014 ; qu’il s’est battu avec ses propres armes (voix, jambes, slogans). On apprendra que la mobilisation dans plusieurs villes françaises, mais surtout en Espagne, est massive. L’objectif est atteint, la fierté est dans tous les esprits. On verra des larmes de colère mais aussi de joie. Joie d’avoir vécu cet instant mémorable et incomparable. Alors tous se battront encore et toujours, pleinement, dans un pacifisme contestataire qui est une réelle leçon de démocratie. A bon entendeur…

Raphaël DUPREZ

 

While being at the meeting point at 1.30 P.M., half an hour before the start, a feeling of worry comes to mind: only fifty people are here at place Joffre in the center of Paris for the demonstration against the Spanish anti-abortion governmental law. Also, few journalists: first, one single French TV BMFTV team are already here.

Fortunately, our concern is soon contradicted by the arrival of more and more demonstrators from different social levels. First of all, associations for women rights thus answering yes to the call launched via all social networks (and very little relayed by the press…). There also are politics, even if their presence among the walkers seems to be an attempt to use the event on electoral purpose (but it won’t happen, each one of them taking part of a complete unity and walk for the same values). There are soon thousands of French but also of Spanish residents who come all over the place, ready to walk against the law the Spanish government wants to change, a huge step back for democracy and human rights.

The demonstration starts at 2.40 P.M., in an uncommon calm and discipline. Each one is aware of the aim of the walk, but also what it pacifically and intrinsically implies. People walk, meet others, discuss. And special people are to be seen: sometimes human beings of opposite convictions, but nevertheless slogans like ‘Neither Christian, nor fascist’ are side by side with ‘It is not because we are Christians that we are dumb’. The walkers shout altogether to protest. A few partisans of the ‘Manif pour tous’ (an extremist and conservative political movement here in France), thinking they are doing something clever while showing their flags on the windows, are unanimously hissed; and, yes, they deserve it. More than being a simple demonstration, emotion remains the more striking feeling in the procession: faces look serious but deeply convicted, motivation is everywhere. How, indeed, can one remain insensitive to this step back from Spanish executives after the endless fight to make abortion possible for women who need it, as much as the right to pregnancy or abortion, while so many different human stories require this particular and precious one?

Multiple events happen during the procession. Congratulations to the FEMEN, whose happenings, full of strong conviction but never vulgar or voluntarily provocative, are a perfect example to federate people as much as the associative flags. One meets people of all ages, children walking hand in hand with the eldest, together as one and united nation. One can dare speaking about a real communion so much we are in perfect harmony. The crowd (3000 according to the Police, 30000 according to the organizers but approximately 20000) goes on and on, in a strong and wonderful union which is revealed step by step. The equal demonstration also happening in Spain at the same time is in all peoples’ mind and we march, each step standing for a huge progress to the cause defended here . Sometimes one turns back and admires all these faces as much as this massive and cosmopolitan crowd. It all happens in an exemplary calm, without tension, but with only love and passion.

Two hours later, the arrival to the Spanish Embassy in France is a really bad surprise: nobody from the walk will be received inside. This perfectly proves how shut the Spanish government is about these primordial rights. But, beyond the ominous disappointment people feel, they all understand what has occurred on this special day; each one, together, will proudly be able to say that he/she was here, on this particular Saturday, February 1, 2014; that everybody has been fighting with his/her own weapons (vocals, feet, slogans). We will know then that many people in several French cities have also demonstrated, but especially massively in Spain. The goal is achieved, and pride is in everybody’s mind. One will see tears of anger or joy. The joy of living this memorable and incomparable moment. Then all will always stand and still fight, in such a peaceful way that it is a real lesson of for worldwide democracy. To be continued…

Raphaël DUPREZ

Publicités

Une réflexion sur “Manifestation contre le projet de loi anti-avortement en Espagne/ Demonstration against the Spanish anti-abortion law (Paris, 01/02/2014)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s